" Si courir ou marcher était notre seul but, nous passerions à côté de moments inoubliables "

Tél : 01 39 94 01 87

Email : sdpo@sdpo.com

Logo Internet

Interview de Dorian Martinez, psychologue du sport, fondateur et Président de SPORT Protect , jeune entreprise innovante qui, en 2005, a été le premier organisme à labelliser des produits de la nutrition sportive conformes à la législation antidopage.

Sport Protect aGrâce à un investissement de plus de 600.000 euros dans un programme de Recherche et de Développement ambitieux, des applications et des outils ont été crées afin d’apporter une réponse concrète, optimiste et innovante à la problématique des risques de dopage. SPORT Protect (http://www.sport-protect.org) permet aux sportifs de protéger leur santé, de préserver l’intégrité des compétitions et d’accéder aux meilleures innovations antidopage.

Je tenais à donner la parole à une personne directement concernée par ces questions toujours d’actualité.

V.Mang : Quand et Comment est né le projet «  SPORT Protect » ?

D.Martinez : SPORT Protect est né de l’expérience que j’ai pu avoir à l’écoute des problèmes rencontrés par les sportifs. J’ai dirigé pendant une douzaine d’années le numéro vert national Ecoute Dopage. Nous avons recensé des centaines de témoignages qui montrent que les questions de dopage et de mort subite concernent tous les sports et tous les sportifs quelque soit leur niveau ou leur âge. Lors de tous ces échanges, j’ai eu le sentiment que sur ces questions nous arrivions trop souvent après la bataille. Le mal était déjà fait … C’est dommage car, dans la plupart des cas, la diffusion d’une bonne information aurait permis d’éviter de nombreux problèmes…

Aujourd’hui , la désinformation et le fatalisme représentent les deux plus grands dangers pour le sport et les sportifs. La désinformation, parce qu’elle rend très vulnérable les sportifs, et le fatalisme, parce qu’il empêche la réalisation de toute action de valeur. Peu de personnes savent que chaque année en France, environ 600 sportifs décèdent brutalement sur les terrains de sports. Ce triste phénomène s’appelle la « mort subite du sportif » et bouleverse, du jour au lendemain, la vie de centaines de familles…

La très grande majorité des sportifs ignorent que 15 à 25% des compléments alimentaires mis en vente contiennent des substances interdites par la législation antidopage… Enfin, même les professionnels de santé peuvent se tromper lors de prescriptions ou de conseils car plus de 3000 médicaments français, dont la plupart d’usage courant, sont considérés comme dopants…

C’est fort de ce constant de terrain que nous avons compris à quel point la complexité de la législation antidopage pouvait nuire aux sportifs honnêtes. C’est ainsi que Damien Caldérini et moi avons alors décidé de créer SPORT Protect en 2005 pour informer et protéger l’intégrité des sportifs qui veulent se soigner et s’alimenter sans risque.

V.Mang : SP est clairement un outil de prévention de la lutte contre le dopage … Pouvez vous nous éclairer à ce sujet ?

D.Martinez : Après plusieurs années de Recherche et de Développement, SPORT Protect propose aujourd’hui plusieurs solutions innovantes pour l’ensemble des acteurs du monde sportif.

Pour les industriels de la nutrition sportive qui veulent assurer l’innocuité de leurs produits aux sportifs, nous proposons un programme de labellisation très rigoureux qui se découpe en plusieurs phases (visionner le lien ci-joint :  http://www.sport-protect.org/label/)

Un rapport d’audit est délivré et précise si la référence est conforme à la norme antidopage NF V94-001 et au référentiel SPORT Protect. Les sportifs peuvent repérer les références conformes grâce au label apposé sur le packaging des produits et au travers des applications. Enfin, chaque référence labellisée SPORT Protect fait l’objet d’un contrôle régulier et d’un suivi permanent.

Sport Protect imagePour les sportifs amateurs, nous avons créé les applications «  PROTECT » et pour les sportifs de haut niveau les applications « PRO » qui leur permettent d’identifier très facilement le statut d’un produit (médicament ou complément alimentaire) au regard de la législation antidopage. Une ampoule verte signifie que le produit ne positivera pas un contrôle antidopage. A contrario, une ampoule rouge signifie que le produit est susceptible de positiver un contrôle antidopage. Avec ce dispositif, il est impossible de se tromper !

Nous avons également développé des applications pour les professionnels de santé afin de les aider dans leurs conseils ou prescriptions afin qu’ils puissent toujours délivrer une information fiable au regard de la législation antidopage. Nous équipons également les organisateurs d’évènements sportifs afin que l’ensemble des participants puissent accéder aux données de SPORT Protect.
Enfin, nous équipons des structures travaillant avec des sportifs en leur proposant des dispositifs sur mesure et/ou nos bornes interactives (ex : les fédérations de Pétanque et de Rugby à 13)

Des sportifs de haut niveau comme Romain Barras, Nadir Benaissa, Véronique Mang utilisent l’application SPORT Protect. Vous pouvez lire les témoignages en suivant ce lien : www.sport-protect.org/temoignages/

V.Mang :  L’actualité récente relate l’usage banalisé de la créatine dans le sport de haut niveau … Qu’en pensez vous ?

D.Martinez : Il y a énormément de chose à dire au sujet de la créatine tant de choses fausses sont écrites à son sujet … Je vais être un peu technique mais c’est important.

La créatine est un dérivé d’acide aminé naturel présent dans l’organisme notamment au niveau des muscles où elle se trouve sous forme de créatine phosphate. Son rôle consiste essentiellement à apporter de l’énergie aux muscles afin d’en favoriser sa construction. Une supplémentation en créatine a donc pour rôle principal d’augmenter les réserves naturelles en créatine, ce qui va permettre au muscle de fournir un effort plus long lors d’exercices intenses et de courte durée. Ce mécanisme se traduit par l’apport au muscle via le sang des molécules de phosphocréatine, qui interviennent dans le processus de formation d’ATP (adénosine triphosphate) qui fourni l’énergie nécessaire au muscle pour retravailler. Toutefois, il est important de noter que cet apport ne conduit pas directement à la construction de la fibre musculaire, et de ce fait la créatine ne permet pas d’augmenter réellement la prise de masse musculaire. Sur le plan scientifique, la créatine seule ne peut pas expliquer la prise directe d’une dizaine de kilos de muscles (2 litres de rétention d’eau, tout au plus). Si tel est le cas, c’est que le sportif consomme, à son insu ou non, des produits interdits…

Il faut noter que sur des efforts longs et les sports d’endurance, la créatine n’a aucun effet. Pour augmenter efficacement sa masse musculaire, il n’existe donc aucun produit miracle, il faut travailler tout en prenant soin de son alimentation, et ne surtout pas oublier les périodes de récupération essentielles à la bonne réparation du muscle après l’effort.

Concernant les effets négatifs de la créatine, une supplémentation  en créatine va fortement solliciter les fonctions hépatites et rénales afin que l’organisme puisse évacuer le surplus. En 2001, l’Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments (aujourd’hui Agence Nationale de Sécurité des Médicaments) a rendu un rapport complet sur la créatine et attiré l’attention des pouvoirs publics sur sa dangerosité, en cas de cures prolongées ou de dépassement des doses journalières recommandées… Jusqu’en 2004, la France interdisait la vente de créatine sous couvert du décret du 15 avril 1912.

Sport Protect 1Contrairement à certaines rumeurs, la créatine n’est pas un agent masquant et n’est pas non plus mentionnée dans la Liste des Interdictions éditée annuellement par l’Agence Mondiale Antidopage. Néanmoins, il existe un risque de subir un contrôle antidopage positif, lors de la prise d’un complément alimentaire ou d’un produit de nutrition sportive. Notamment dans le cas de produits riches en protéines, créatine et/ou acides aminés qui ont été incriminés plusieurs fois pour des contaminations volontaires ou involontaires aux hormones et aux stéroïdes anabolisants. Il revient alors au sportif d’être extrêmement rigoureux et vigilant dans le choix de ses produits car il est responsable de tout ce qui sera retrouvé dans son organisme à la suite d’un contrôle antidopage.

Pour conclure, je pense qu’il ne faut pas banaliser la prise de créatine au regard des potentiels risques sanitaires qu’elle peut faire courir aux sportifs.  Beaucoup de sportifs consomment mécaniquement des produits en négligeant leur alimentation, et sans évaluer avec l’aide d’un professionnel quels sont leurs réels besoin. Cela peut dénoter chez certains un problème de confiance en soi et la nécessité de s’appuyer sur une béquille psychologique… Il faut toujours rappeler que ce n’est jamais le produit qui fait la performance mais le sportif par ses capacités, son entraînement et sa force mentale.

V.Mang : Quels conseils donneriez vous aux athlètes en matière de prévention et de lutte contre le dopage ?

D.Martinez : Je leur donnerai trois conseils.

1er / Le premier conseil serait de se créer gratuitement un compte SPORT Protect en se rendant à cette adresse : www.sport-protect.fr.

2ème / Le deuxième conseil serait de travailler tous les leviers qui peuvent mener à la performance comme la nutrition, la récupération et les capacités mentales trop souvent négligées.

3ème / Le dernier conseil serait de garder à l’esprit la raison qui, bien souvent dans l’enfance, les a fait aimer leur sport, et de ne jamais trahir cette raison. Le jeu n’en vaut pas la chandelle !

Merci Dorian Martinez pour cette interview et pour toutes ces informations, qui j’espère aideront les sportifs à prendre soin de leur santé et de pratiquer leur sport sans aucune appréhension.

Pour toute question ou remarque concernant cette rubrique, merci d’envoyer un  mail à vmangolympique@gmail.com.

Bon entraînement, bonne récupération et prenez soin de vous !

Vero 4

 

 

 

Véronique MANG, athlète de haut niveau et
membre de l’équipe de France d’athlétisme.
Actuellement en préparation pour les JO de Rio 2016

 

Logo Internet 3

SDPO-mag 16 rue Jean Cocteau 95350  Saint Brice sous Forêt Tél : 01 39 94 01 87
Site Internet : www.sdpo.com Email : sdpo@sdpo.com

Leave a Reply


accueil-2