" Si courir ou marcher était notre seul but, nous passerions à côté de moments inoubliables "

Tél : 01 39 94 01 87

Email : sdpo@sdpo.com

Logo Internet

 

 

 

Définitions:
Quantité : c’est le kilométrage hebdomadaire, mensuel, annuel du coureur. Son volume d’entraînement global.

Qualité : c’est l’aspect qualitatif de l’entraînement lié aux séances de fractionné courues à des intensités importantes (au delà de 80% de la VMA) et aux séances de préparation physique (générale et spécifique).

Foulées du Laos

D’une manière générale, la quantité prendra le pas sur la qualité dès lors que l’objectif du coureur est une distance longue. Plus on prépare des distances longues, plus on borne ! Logique !

A l’inverse, le kilométrage hebdomadaire du spécialiste de distances courtes sera beaucoup plus restreint ; les séances seront en revanche beaucoup plus qualitatives.

 

Quelques principes élémentaires

  • Le 100% qualitatif ou le 100% quantitatif sont à bannir pour tout coureur souhaitant progresser sur le long terme.
  • Lorsque l’on augmente la composante quantitative de l’entraînement, il faut en contrepartie diminuer la part qualitative. Et inversement !
  • En reprise d’entraînement ou en début de saison, on cherchera à reconstruire une base foncière conséquente et donc à privilégier la quantité. C’est sur cette base solide qu’il sera ensuite possible de faire reposer un travail qualitatif efficace et mieux assimilé.
  • Les notions de quantité et de qualité dans l’entraînement sont très culturelles selon les pays et selon les époques. Chaque entraîneur a sur le sujet ses propres convictions.
  • La plupart des coureurs s’entraînent dans les proportions suivantes :

80% du kilométrage consacré au travail d’endurance fondamentale (toutes les allures comprises entre 60 et 80% de VMA. Footings, séquences courues à allure marathon….)
20% du kilométrage hebdomadaire consacré à un travail plus qualitatif de développement de la VO2 (allures comprises entre 80 et plus de 105% pour le coureur sur route, au delà pour le pistard).

  • La proportion des différentes allures travaillées sera modulable en fonction de deux paramètres
    1.l’objectif du coureur
    2. Le moment de la saison dans lequel il se trouve.

Concrètement, un coureur en début de saison ou un marathonien fera varier la répartition citée ci-dessus de l’ordre de 90%/10%.

Un coureur au registre 5000-10000 pourra lui opter pour une répartition 75% / 25%.

Piste Beauchamp

Il est nécessaire et impératif de varier les allures d’entraînement le plus possible pour le rendre plus efficace. Les 80% du kilométrage consacrés aux footings ne doivent pas être courus sur un rythme monotone. La palette d’allure à utiliser (60-75% VMA) est vaste. On peut par exemple imaginer pour deux footings hebdomadaires:
− Une sortie de 1h15 courue entre 60 et 70% VMA.
− Une sortie de 50min courue entre 70 et 75% VMA

Au sein d’une semaine d’entraînement, il est utile de travailler toutes les allures comprises entre 60 et 100% VMA. Seule la proportion de chaque part pourra être modifiée selon l’objectif et la situation dans le cycle d’entraînement. A long terme, le fait de n’avoir aucun trou dans les allures travaillées est un réel gage de réussite.

Enfin, la Quantité et qualité doivent cohabiter de façon harmonieuse dans le cycle d’entraînement. A chacun de trouver le bon point d’équilibre selon l’objectif poursuivi. Si la quantité a un temps tenu la corde (avec des volumes d’entraînement allant jusqu’à 300km hebdomadaire pour certains athlètes de haut niveau), on s’oriente aujourd’hui vers un équilibre entre ces deux variables de l’entraînement. A la question quantité ou qualité ? Nous répondons donc : les deux !

RUN DZ

Avec la collaboration de : http://run-dz.com/

Logo Internet 3SDPO-mag 16 rue Jean Cocteau 95350  Saint Brice sous Forêt Tél : 01 39 94 01 87
Site Internet : www.sdpo.com Email : sdpo@sdpo.com

Leave a Reply


accueil-2