" Si courir ou marcher était notre seul but, nous passerions à côté de moments inoubliables "

Tél : 01 39 94 01 87

Email : sdpo@sdpo.com

A la suite du sujet sur « la mort subite du sportif », évoqué dans un précédent article, l’annonce faite le 2 décembre 2013 sur Europe 1 par Valérie Fourneyron, Ministre des Sport, peu poser questionnement sur le bien fondé d’une réforme qui pourrait faire son apparition à la rentré 2014. Il s’agit de l’éventualité d’un changement concernant le certificat médical de non contre indication à la pratique sportive.

visite medicalEn effet, la Ministre souhaiterait passer à une visite médicale tous les 2 ans pour les enfants, quant aux adultes de moins de 40 ans en bonne santé, ils pourront utiliser le même certificat médical pendant 5 ans. Toutefois la visite médicale sera beaucoup plus complète. Elle devra durer 30 minutes, pendant lesquelles le médecin devra ausculter le patient et même réaliser un électrocardiogramme.

Actuellement, selon l’article L231-2 du code du sport, l’obtention ou le renouvellement d’une licence sportive permettant la participation aux compétitions organisées par la fédération sportive qui la délivre, est subordonnée à la présentation d’un certificat médical datant de moins d’un an et attestant l’absence de contre-indication à la pratique en compétition de la discipline ou activité sportive pour laquelle elle est sollicitée.

Madame la Ministre, annonce que cette réforme permettrait de « faciliter l’accès au sport pour tous »

Mais selon Luc Duquesnel, président du syndicat des médecins généraliste Unof- CSMF, « on nous évoque que le certificat est un frein à la pratique du sport, mais aucune étude ne le prouve »

Toujours selon la Ministre, « le passage annuel ne satisfait ni le sportif, ni le médecin, ni la sécurité sociale. Notre objectif est à la fois d’avoir une simplification du dispositif et une responsabilisation des sportifs » Pourtant, selon l’article L321-1 du code de la sécurité sociale, la délivrance d’un certificat médical ne donne pas lieux à un remboursement de l’assurance maladie.

De plus, selon Jean Paul Hamon, président de la fédération des médecins de France, « Une visite par an c’est un bon rythme. Elle nous permet de faire une vrai consultation de prévention qu’il ne faut pas négliger. C’est l’occasion de peser des patients, d’écouter leur coeur, vérifier s’ils n’ont pas de problèmes de dos”, annonce t’il à l’express.

Visite medical 1Toujours à l’express, Luc Duquesnel évoque que”Tous ces gens que l’on voit annuellement, qui sont en bonne santé, on peut faire un bilan avec eux, sur leurs vaccins ou de faire de la prévention sur le tabac auprès des jeunes qui ne consultent jamais habituellement. Désormais on ne les verra plus. On devra attendre que nos patients soient malades. »  « Une visite annuelle est importante pendant l’adolescence, surtout dans une période croissance », ajoute-il.

De plus, pourquoi demander à un sportif de se responsabiliser, il n’est pas médecin !! Consulter, c’est être responsable !!

La responsabilisation passera par un questionnaire détaillé sur son état de santé, auquel devra répondre le sportif entre deux visites.

La ministre annonce au journal Le Figaro que « cette réforme n’est pas imminente. Nous sommes encore en plein groupe de travail avec le ministère de la santé, les mutuelles, les médecins, les fédérations sportives. »

Les 2 représentants des Fédérations de médecins demandent simplement une simplification en ce qui concerne la multiplication des délivrances de certificat médical.

Luc Duquesnel et Jean Paul Hamon, à l’express, annoncent  “Il pouvait y avoir dix demandes de certificats différents dans l’année. Pour une pratique annuelle, pour faire de la zumba, puis une course à pieds, un stage sportif. C’était insupportable pour les patients. Il fallait faire quelque chose à ce sujet”

“Nous, on demande simplement la suppression de la multiplication des certificats annuels. Un certificat unique suffirait”

En ce qui concerne la Fédération Française  d’Athlétisme, le Règlement Médical est institué en application du Code du Sport qui prévoit que les fédérations sportives veillent à la santé de leurs licenciés et prennent à cet effet les dispositions nécessaires.

Alors veiller à la santé des sportifs, de n’importe quel niveau qu’il soit, passe par un examen médical annuel. L’état de santé d’un sportif peu évoluer en 2 ou 5 ans, et si ces modifications ne sont pas ressenties par le sportif lui-même, telle une hypertension s’installant doucement ou un bilan sanguin perturbé, ne serait-ce que peu, comment le sportif s’en rendra t’il compte s’il n’est pas suivi annuellement, juste en répondant à un questionnaire ?

Elodie 4

 

Elodie LECANTE
Animateur régional en athlétisme,
coureuse de fond et infirmière
en services d’urgences au SAMU 93

Leave a Reply


accueil-2